Produits & solutions

Conseils & services

Bénéfice de 13,5 millions de francs pour la Banque WIR

La Banque WIR soc. coopérative clôture l’exercice 2018 sur un solide résultat, qui s’explique avant tout par l’augmentation du revenu des intérêts et la croissance des crédits hypothécaires. En revanche, l’activité WIR a continué d’être entravée, principalement par des conditions économiques défavorables. Le versement d’un dividende inchangé sera proposé à l’assemblée générale.

BĂąle, 28 mars 2019 | La Banque WIR soc. coopĂ©rative a dĂ©gagĂ© un bĂ©nĂ©fice de 13,5 millions de francs en 2018, en baisse de 11,3% par rapport Ă  l’annĂ©e prĂ©cĂ©dente. Le total du bilan s’est Ă©levĂ© Ă  5,27 milliards de francs (-1,8%). La base de capital est d’une robustesse Ă  toute Ă©preuve: les fonds propres totalisent 513,7 millions de francs et le ratio de fonds propres (Leverage Ratio) qui en rĂ©sulte, soit 8,4%, est de plusieurs fois supĂ©rieur Ă  l’exigence minimale lĂ©gale de 3%.

Les opĂ©rations d’intĂ©rĂȘts ont Ă©voluĂ© positivement: Elles ont enregistrĂ© une hausse de 3,9%, pour atteindre 59,7 millions de francs.

Pour les crĂ©dits hypothĂ©caires, la Banque WIR a enregistrĂ© une croissance de 2,7% Ă  3,87 milliards de CHF/CHW au titre de l’exercice 2018. Les prĂȘts et crĂ©dits Ă  la clientĂšle sont globalement restĂ©s stables Ă  4,59 milliards de CHF/CHW (-0,6%). Les dĂ©pĂŽts de la clientĂšle ont enregistrĂ© une diminution de 4,6% Ă  3,76 milliards de CHF/CHW. Alors que les dĂ©pĂŽts de la clientĂšle sous forme d’épargne et de placements ont lĂ©gĂšrement augmentĂ©, de 0,25% Ă  2,5 milliards de francs, les autres engagements envers la clientĂšle, eux, se sont rĂ©duits Ă  578,1 millions de francs (-18,9%). Cette diminution, consĂ©quence de l’environnement actuel de taux d’intĂ©rĂȘt nĂ©gatifs, est particuliĂšrement importante pour les soldes en compte courant des clients.

Le rĂ©sultat des opĂ©rations de commissions et des prestations de services a reculĂ©, comme prĂ©vu, pour totaliser 24,4 millions de francs (-22,5%). Bruno Stiegeler, appelĂ© Ă  succĂ©der Ă  Germann Wiggli au poste de prĂ©sident du directoire, fin mai, trouve des mots clairs: «Nous ne sommes pas satisfaits de ce rĂ©sultat.» Dans le mĂȘme temps, il souligne qu’en raison de la stratĂ©gie de diversification lancĂ©e par la banque il y a une vingtaine d’annĂ©es, la part de WIR dans le bilan reprĂ©sente encore un peu plus de 13% actuellement et que les activitĂ©s WIR contribuent pour environ 20% au bĂ©nĂ©fice brut.

Les changements visant Ă  rendre les PME participant au systĂšme WIR visibles pour toutes les parties prenantes sont achevĂ©s depuis fin 2017. Conjointement avec les conditions-cadres dĂ©favorables pour l’activitĂ© WIR, ces ajustements ont Ă©tĂ© l’une des principales raisons de ce repli. Le bas niveau persistant des taux d’intĂ©rĂȘt depuis plusieurs annĂ©es continue Ă  freiner la demande de crĂ©dits WIR traditionnellement avantageux. Comme les carnets de commandes des entreprises sont pleins, le systĂšme WIR, en tant que source complĂ©mentaire de chiffre d’affaires et de revenus, passe Ă  l’arriĂšre-plan. «La diminution de la masse monĂ©taire du WIR, les conditions cadres plus difficiles et la faible vitesse de circulation du franc WIR ont entraĂźnĂ© une baisse du produit des commissions», explique Germann Wiggli, prĂ©sident du directoire.

Des facteurs internes au systĂšme WIR ont rendu l’activitĂ© WIR encore plus difficile: les innovations lancĂ©es en novembre 2016 n’ont pas encore Ă©tĂ© suffisamment remarquĂ©es par tous les clients. Une enquĂȘte auprĂšs des clients a en effet montrĂ© que nos nouveaux produits et services sont encore trop peu connus. C’est pourquoi nous communiquons la valeur ajoutĂ©e du nouvel univers WIR de maniĂšre accrue sur tous les canaux. L’hypothĂšque Ă  valeur ajoutĂ©e lancĂ©e Ă  mi-2018, qui est proposĂ©e aux preneurs de crĂ©dit Ă  un taux d’intĂ©rĂȘt nĂ©gatif de 1,5% sur cinq ans, mĂ©rite Ă©galement une mention particuliĂšre.

2018 aura Ă©tĂ© une annĂ©e d’investissement difficile, avec des marchĂ©s tendus pour tous les acteurs du marchĂ©. En consĂ©quence, le rĂ©sultat net des opĂ©rations de nĂ©goce a diminuĂ© de 16,8 millions de francs (exercice prĂ©cĂ©dent: bĂ©nĂ©fice de 16,5 million de francs). Cette performance nette (revenus d’intĂ©rĂȘts et des dividendes compris) s’établit Ă  -3,2%.

La Banque WIR maĂźtrise les coĂ»ts: les charges d’exploitation, composĂ©es des charges de personnel et des autres charges d’exploitation, ont nettement diminuĂ© par rapport Ă  l’exercice prĂ©cĂ©dent (-17,2%), pour s’établir Ă  60,6 millions de francs. Les charges d’amortissement ont augmentĂ© de 5,2% Ă  fin 2018. Cette hausse s’explique par les investissements en relation avec la transformation numĂ©rique de l’entreprise.

Le conseil d’administration proposera Ă  l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale de verser un dividende inchangĂ© par rapport Ă  l’exercice prĂ©cĂ©dent, de 10 francs par part ordinaire. Cette distribution sous la forme d’un dividende optionnel («dividende rĂ©investi» ou versement en espĂšces) correspond, sur la base du cours de clĂŽture de l’exercice, Ă  un rendement de 2,7%. Elle est exonĂ©rĂ©e d’impĂŽt si les parts ordinaires sont dĂ©tenues dans le patrimoine privĂ©. VIAC est et reste une rĂ©ussite. La start-up lancĂ©e en novembre 2017, en collaboration avec la banque WIR, a vĂ©ritablement bouleversĂ© le marchĂ© des retraites: Ă  fin 2018, les actifs sous gestion s’élevaient Ă  prĂšs de 90 millions de francs. Actuellement, plus de 10 000 clients reprĂ©sentent dĂ©jĂ  un volume d’investissement de plus de 130 millions de francs.